La vigne et le vin dans la Bible

La vigne et le vin dans la Bible

Publié le : 21/09/2022 08:58:14
Catégories : Actualités Religieuses

  • Que représentent la vigne et le vin dans les écrits anciens ?
  • La vigne et le vin dans la Bible
  • La vigne dans la Genèse
  • La vigne, fruit de la terre promise par Dieu aux Hébreux.
  • Le vin : une valeur sure pendant l’Antiquité
  • Le vin dans l’Illiade et l'Odyssée
  • Le vin, un liquide précieux ayant également un usage médical
  • Quel est le symbole du vin dans le Nouveau Testament ?
  • Jésus transforme l’eau en vin aux noces de Cana
  • La symbolique du vin nouveau dans le Nouveau Testament
  • Pourquoi le pain et le vin ?
  • Le vin dans la liturgie

 

En ces périodes de vendanges, il est intéressant pour nous chrétiens, de nous interroger sur la symbolique du vin dans notre vie spirituelle. Cités à de nombreuses reprises dans la Bible, le vin, la vigne et le vigneron représentent bien plus qu'un arbre, un fruit ou un métier.

Symbole de vie et de bénédiction  tout au long des écrits religieux, la mention du vin a un contenu allégorique. Ce contenu est la plupart du temps positif : il est la promesse d'une terre à cultiver, d'une récolte après de longs efforts, et surtout le vin est signe de richesse et de bénédiction par Dieu.

Nous verrons également que le vin peut aussi avoir une symbolique négative puisque l’ébriété est une faute et qu'elle peut être par conséquent le fruit de nombreuses dérives.

À la suite de toute ces mentions, ces comparaisons et ces métaphores, le vin a aujourd’hui un rôle important dans la liturgie chrétienne, rôle qui est issu d'une très longue tradition.

Que représentent la vigne et le vin dans les écrits anciens ?

La vigne et le vin dans la Bible

Dès l'Ancien Testament, la vigne et le vin sont mentionnés plus de deux-cents fois. Revenons dans un premier temps aux très nombreux épisodes de l'histoire du peuple élu. En nous limitant seulement à quelques passages, nous verrons à quel point la vigne et le vin sont une symbolique importante qui participe à transmettre un message.

Selon les contextes, les messages concernant la vigne et le vin sont de deux natures :

·        la vigne et le vin  sont des symboles d'espoir, de réussite et de richesse accordée par Dieu

·        le vin est synonyme d’ivresse, d'indignité, de débauche

 

La vigne dans la Genèse

Une des premières mentions de la vigne dans la Bible apparaît lorsque Noé sort de l'arche. Selon la Genèse, Noé est l'inventeur de la viticulture : (Gn 9, 20) « Noé, homme de la terre, fut le premier à planter la vigne ». La plantation de cette vigne symbolise le retour à la terre après le déluge. Noé découvre les effets réjouissants du vin mais aussi son aspect dangereux : l’ivresse. Dès lors, la Bible qui fait des fruits de la vigne un symbole, transmet également un message : celui de la modération.

Malgré tout, tout au long des écrits bibliques, la vigne apparaît comme une richesse rendue aux hommes par Dieu.

La vigne, fruit de la terre promise par Dieu aux Hébreux.

Sur les instructions de Dieu, Moïse envoie un homme par tribu en reconnaissance au pays de Canaan donnée par Dieu (Nb 13 24-33). Les douze hommes rapportent une branche de vigne sur laquelle a poussé des raisins, symbole d'une prospérité future.

Nous ne pouvons citer ici que quelques exemples de la vigne comme symbole fort dans la Bible car  les mots vin, vigne et vigneron apparaissent environ quatre-cent-quarante fois  dans la Bible. Ce prestige particulier de la vigne et du vin qui se trouvaient déjà dans la Bible étaient également répandus dans le monde occidental et nous retrouvons de nombreuses mentions du vin dans d'autres écrits de valeur.

Le vin : une valeur sure pendant l’Antiquité

Le vin dans l’Illiade et l'Odyssée

Le vin est cité à de nombreuses reprises  dans l’Illiade et l'Odyssée. En particulier dans le Chant IV de L’Odyssée, Homère (VIIIe s. av. J.C.) prescrit le vin comme médication contre le chagrin : « Hélène verse dans la coupe de son époux une substance qui dissipe la tristesse, calme la colère et fait oublier tous les maux.».

Dès l'Iliade puis ensuite dans l’Odyssée, le vin apparaît comme sacré. Chez les Troyens, aucun repas ne commence sans libations de vin aux dieux.

Le vin, un liquide précieux ayant également un usage médical

Dans la tradition judaïque,  le vin est utilisé, dans le contexte de la médecine hébraïque, lors de la circoncision. Pratiquée au huitième jour après la naissance de l’enfant, le rabbin asperge la plaie chirurgicale d’un peu de vin, réputé hémostatique et antiseptique.

De même, Hippocrate (460 - 370 av. J.C.) fait déjà appel, dans sa pratique médicale, au vin pour un rééquilibrage des humeurs, dont le désordre provoque la maladie.

Comme nous venons de le voir, déjà bien avant notre ère dans de nombreuses civilisations occidentales, le vin et la vigne avaient une valeur qui dépassait le simple stade de la boisson. Le Nouveau Testament puis la liturgie chrétienne donneront un rôle nouveau et toujours plus sacré au vin.

Quel est le symbole du vin dans le Nouveau Testament ?

Jésus transforme l’eau en vin aux noces de Cana

Dans le Nouveau Testament le vin est généralement utilisé dans les fêtes, comme signe de célébration. Dans les noces de Cana, la valeur sacramentelle est établie grâce à la symbolique du vin. Selon Saint Jean (Jn 2, 1-11), Jésus choisit la célébration d’un mariage pour faire son premier miracle. Sur les instructions de Jésus on remplit six jarres d’eau, dont le contenu est transformé en vin lorsqu’on les verse aux invités.

La symbolique du vin nouveau dans le Nouveau Testament

La symbolique du vin nouveau revient plusieurs fois dans le Nouveau Testament : Jean, Matthieu et Luc nous livrent ces paroles de Jésus où  il se compare à du vin nouveau que l'on doit verser dans de nouvelles  outres. Cela signifie que Jésus porte la Bonne Nouvelle par le biais de nouvelles personnes : un message différent que celui qui était déjà transmis dans la Bible par l’intermédiaire de nouveaux passeurs.

Le vin nouveau qu’il faut mettre dans de nouvelles outres est une autre manière de  différencier son message, celui de la Bonne Nouvelle.

Il renouvelle la parole de Dieu, il porte un nouveau message.

Jean l'évangéliste revient sur cette thématique du vin. Dans le chapitre 15 il répète les paroles du Christ : « Moi je suis la vraie vigne, et mon père est le vigneron »… « Moi je suis la vigne et vous les sarments. » « C'est moi qui vous ai choisi et établis afin que vous alliez, que vous porterez du fruit, que votre fruit demeure. »

Pourquoi le pain et le vin ?

Au cours de la Cène, Jésus sait qu'il prend son dernier repas avec ses disciples. Il donne une symbolique forte à transmettre aux générations futures pour se souvenir de lui et de ses paroles.

Il utilise le pain dont les mentions sont également très nombreuses dans la Bible. Il reprend également la thématique de la vigne et du vin qui lui sont chères.

Comme au cours de tous les repas de fête dans la tradition judaïque, le pain et le vin sont bénis au début du repas. Jésus donne un nouveau sens à cette bénédiction puisque le pain et le vin deviennent son corps et son sang offert pour le salut de l'humanité.

Le vin dans la liturgie

C'est en mémoire de la Cène et à la demande de Jésus « vous ferez cela en mémoire de moi » que le vin accompagné du pain prend un rôle fort dans les célébrations chrétiennes d'aujourd'hui.

Au cours de la messe, le vin est mélangé avec de l'eau. Le vin représente le Christ et l'eau, l’humanité qui s'unit à Dieu dans le sacrement.

Chaque messe devient alors comme une actualisation de la célébration de la Cène de Jésus-Christ. Un rituel que les chrétiens accomplissent pour être en communion avec les chrétiens du monde entier, pour être en communion avec les chrétiens de tous les temps. 

Avec le Nouveau Testament, le vin est donc devenu un symbole universel de partage et de foi.

Partager ce contenu